Informatique libre – Philosophie GNU – V. Bonnet | April

Richard Matthew Stallman, concepteur du projet GNU, a voulu très tôt faire le lien entre les quatre libertés de l’informatique libre et une approche large et complète de l’autonomie de l’être humain, essentielle, inaliénable, non négociable. Le propos de cette conférence sera donc de présenter les caractéristiques de la philosophie GNU, telle qu’on peut en lire les développements sur le site de la FSF. Et aussi montrer qu’une adhésion aux valeurs du free software est un engagement existentiel très fort. Le rapport à nous-même, aux autres et au monde, dans la philosophie GNU, prolonge par exemple les propos humanistes de La Boétie, dont le Discours sur la servitude volontaire, au moment de la Renaissance, dénonce les pratiques confiscatoires et rusées des tyrans d’alors. Les servitudes technologiques, économiques et politiques que dénonce Richard Stallman dans le philosophie GNU, par leur métamorphoses incessantes et les ruses renouvelées qui les installent, requièrent toute l’attention et les capacités d’analyse de la FSF et de l’April. La philosophie GNU donne des pistes pour rester vigilants.

Source : Informatique libre – Philosophie GNU – V. Bonnet | April

#0.17

#0.17 / NOVEMBRE 2016

Comme à l’accoutumée, les mois se suivent & ne se ressemblent pas … l’actualité est encore chargée avec quelques sujets « sensibles » … mais heureusement qu’il y en à d’autres plus sympatiques …


1/ L’actualité du mois écoulé :


@ INFOLIBRE

Grandes nouvelles, deux de mes distributions favorites sont sorties dernièrement ! J’ai nomé Primtux & DFLinux … avec Debian comme base, bien évidemment !

Il y a aussi la grande nouvelle de la fin prochaine de Flash … mais également la mauvaise nouvelle de la mort annoncée de Mythbuntu

Le mois dernier, je parlais de wallabag, un service que j’utilise depuis bien longtemps, et bien cette fois, je parle de Framasphère, un autre service (encore de Framasoft) que j’utilise également (j’y suis d’ailleurs un peu plus actif qu’au paravant) , mais aussi de  VroumVroumBlog , un autoblog (un logiciel très simple capable de répliquer les articles d’un autre blog … un projet qui me tiens à coeur depuis un bon moment & que j’envisage de mettre en place dès que j’aurai solutionné les petits soucis techniques rencontrés).

Mes deux « petits » coups de coeur de cette rubrique vont à l’ Annuaire_du_libre & à Kalliope promis je l’espère à un bel avenir …

Dans cette « revue de presse », vous trouverez également une nouvelle surprenante concernant l’un des GAFAM !

@ Primtux 2 : La Debian version Educative ! – News – Linuxtricks

on m’avait demandé de tester cette distribution il y a quelques semaines, mais j’attendais la V2 qui était attendue fin octobre. Et la voici !

PrimTux est une distribution éducative basée sur Linux. Cela signifie qu’elle est un système d’exploitation complet, au même titre que Windows, mais dont l’environnement a été adapté aux enfants de 3 à 10 ans..

@ Flash d’Adobe à l’agonie – LinuxFr.org

Flash Player et la technologie sous-jacente développés par la société Adobe n’en finissent plus d’agoniser. Sommes-nous en train d’assister aux derniers soubresauts ?

@ Mythbuntu, c’est fini! | QuebecOS

Le système d’exploitation Linux Mythbuntu qui a couplé le logiciel MythTV HTPC avec une base Ubuntu Linux est en train d’être dissoute. Le reste de l’équipe de Mythbuntu a annoncé le soir du 4 novembre: « Ce fut une longue et amusante aventure à partir de la 7.10, mais … Mythbuntu comme distribution distincte cessera d’exister.

@ Accéder au flux RSS d’un compte Diaspora – Tuxicoman

Si il n’y avait qu’une seule raison d’utiliser Diaspora par rapport aux réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook et Google+ ce serait la mise à disposition d’un flux RSS pour suivre vos articles publics pour les non-membres.

En clair, ça permet à n’importe qui, même non inscrit sur Diaspora de suivre vos articles (notification à leur parution) dans le logiciel et la plateforme de leur choix. C’est la grosse différence avec les autres plate-formes qui enferment le contenu des utilisateurs derrière un mur opaque pour les non-membres (le dark web c’est ça…)

@ GNU/Linux s’ouvre à de nouvelles voix de synthèse ! – LinuxFr.org

À l’occasion de la sortie par Hypra d’une nouvelle synthèse vocale, plus naturelle et plus intelligible, il m’a semblé utile de vous présenter le contexte. Car cette sortie, c’est surtout un module supplémentaire pour speech‐dispatcher, la plate‐forme libre de synthèses vocales sous GNU/Linux. Malheureusement, le module libre ne marche qu’avec la synthèse, qui n’est pas libre. Mais sait‐on jamais, l’université pourrait y venir avec le temps.

@ Que devient la distribution GNU/Linux Q4OS ? – Le Weblog de Frederic Bezies

Il y a un an et demi, en avril 2015, je parlais de cette distribution basée sur la Debian GNU/Linux Jessie avec le « fork » de KDE 3.5.x, Trinity Desktop Environment. Début novembre 2016, la version 14.0.4 du Trinity Desktop Environment étant sortie, pour prendre en charge par exemple CUPS 2.2, gstreamer 1.x ou encore gcc 6.x et ffmpeg3, l’équipe de Q4OS en a profité pour proposer des nouvelles images ISO live et d’installation.

Petite parenthèse en passant : cet article aurait très bien pu faire partie de la série « Les projets un peu fous du logiciel libre », ne serait-ce que pour l’utilisation de Trinity Desktop Environment. Mais passons 😀

@ Trigger Happy : une passerelle entre vos services Internet – LinuxFr.org

Trigger Happy se veut être une alternative libre du célébrissime site/service IFTTT. Le principe ? Récupérer des informations situées à l’autre bout de la toile pour les publier ou les enregistrer ailleurs. Trigger Happy est disponible en version 1.1.0 depuis le 25 octobre dernier.

@ Annuaire_du_libre [Les cahiers du débutant sur Debian]

logocahiersdudebutantVous avez à disposition ici une liste des sites sur lesquels vous pourrez trouver des informations à propos de la culture libre (en général) & des logiciels libres (en particulier).

@ Librevault – Korben

Disponible sous Windows, macOS et Linux, Librevault est une application qui permet de synchroniser vos données entre plusieurs machines, sans avoir à passer par un serveur tiers. Fini donc les Google Drive et autres Dropbox pour synchroniser vos datas. Avec Librevault, vous pouvez reprendre la main là dessus, sans avoir à configurer quoi que ce soit de complexe.

@ Ce n’est pas une blague : Microsoft vient de rejoindre la Linux Foundation – Tech – Numerama

En rejoignant la Linux Foundation, Microsoft marque d’une nouvelle pierre son engagement récent pour le logiciel open source. Qui l’eût cru ?

@ Linux pas populaire? – Tuxicoman

Linux est présent sur 498 des 500 plus gros ordinateurs du monde.
Linux est présent sur 86% des smartphones vendus dans le monde ce dernier trimestre
Les routeurs, box internet, montres connectées tournent majoritairement sous Linux
Mais Linux est présent sur 1~2% des ordinateur de bureau…

@ Kalliope, votre assistant personnel vocal – LinuxFr.org

kalliope_logo_large
Kalliope est un assistant vocal personnel. Il peut, par exemple, vous permettre de piloter votre installation domotique à la voix. Il est écrit en Python et est sous licence MIT. Le code est disponible sur GitHub.

@ Interopérabilité – MouTonLibre

Allez aujourd’hui je vais vous dire quelques mots sur l’organisation des OS libres et de leur utilisation en bureautique…

C’est l’histoire de décisions, chacune ayant été prise à un niveau précis entre le noyau et l’application exécutée en mode graphique, qui va mener dans un avenir prochain à une uniformisation voulue, ou subie, des OS libres.

@ VroumVroumBlog : la multiplication des clones – De l’épice pour la pensée

Afin d’éviter la disparition d’articles importants, face à la censure ou le temps, il était urgent que j’installe VroumVroumBlog. Ce petit outil permet de récupérer les articles d’un site et de les conserver à l’abri.

@ Fedora 25 est de sortie, Wayland enfin par défaut ! – Dans les entrailles du Libre

En ce mardi 22 novembre 2016, le projet Fedora est fier d’annoncer la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 25.
Comme à son habitude, le projet Fedora propose le dernier cru des environnements GNOME, GNOME 3.22.
Cette version de Fedora s’est surtout concentrée sur deux axes : couche graphique et simplicité.

@ Dans le Libre : faire sien un logiciel | Le blog de Carl Chenet

Utilisant uniquement du Logiciel Libre dans le cadre de mes différents projets, qu’il s’agisse du site d’actualité le Journal du hacker, le site d’emploi dédié au Logiciel Libre et à l’open source LinuxJobs.fr ou encore ce blog, j’ai pu constater l’innovation qui découle du travail sur du code libre et les interactions qui se créent avec les communautés du Libre.

@ Projet DFLinux : arrivée des ISOs stables – HandyLinux – Le Blog

Elles sont fraîches, elles sont bonnes, elles sont stables, elles sont prêtes !!!
Le projet DFLinux vous présente ses images ISO Debian « Jessie » en version stable !
Un petit mois d’avance sur le programme, mais quand on aime …

 


@ LMPC

Le « gros morceau » de l’actualité du mois dernier est économique, pour deux raisons, à savoir  :  l’assemblée générale du BIEN  & les RML8 !

Mais d’autres sujets sont également abordés, comme par exemple Laprimaire.org (déjà évoqué le mois dernier), ainsi que le résultat de l’élection aux USA : Faut-il réformer l’élection présidentielle ? Cette pisete semble intéressante … mais la priorité serait sans doute de bânir l’usage des machines à voter (et de prendre en compte le vote blanc !)

Ah oui, il y a aussi quelques sujets « brulants » qui refont surface (CETA et TAFTA)… et la petite dose habituelle d’écologie

@ La France peine à réguler la surveillance sur le Web sans léser Facebook ou Google – Politique – Numerama

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a expliqué dans une réponse à la députée Isabelle Attard que la France avait du mal à obtenir un encadrement plus large des outils de surveillance que peuvent utiliser des pays autoritaires, parce que la définition recouperait celle de moteurs de recherche ou de réseaux sociaux.

@ Un revenu inconditionnel pour réhabiliter le travail

Le revenu de base est versé par la collectivité à chaque individu de façon universelle, inconditionnelle et individuelle. Beaucoup de citoyens s’interrogent sur la deuxième caractéristique de ce revenu : son inconditionnalité. Dans des civilisations où le revenu est d’abord la contrepartie du travail, où l’on doit « gagner son pain à la sueur de son front », comment justifier que l’on puisse toucher un revenu sans aucune exigence de contrepartie ? N’y a-t-il pas un risque que les bénéficiaires profitent de ce revenu pour ne pas travailler, pour ne pas contribuer à la production de richesse, que ce soit par un emploi rémunéré ou par une action bénévole ?

@ Le Mouvement Utopia propose un revenu inconditionnel pour 2017

L’association d’éducation populaire énonce 25 propositions en vue des élections présidentielle et législatives de 2017. Parmi elles, un revenu de base.

Publié cet été, le recueil de propositions du mouvement Utopia s’articule autour de cinq piliers :

@ Compte-rendu de l’assemblée générale du BIEN

Le congrès du réseau mondial pour un revenu de base (Basic Income Earth Network, BIEN) s’est tenu à Séoul du 7 au 9 juillet. Le dernier jour avait lieu l’assemblée générale de l’association, où des décisions importantes ont été prises :

@ Le revenu de base, la consommation soutenable et le mouvement décroissant – Mouvement Français pour un Revenu de Base

L’auteur Jason Burke Murphy a publié sur le site du BIEN (Basic Income Earth Network), une tribune en forme d’investigation autour de la taxe carbone. Il revient en détail sur la pensée des écologistes et de leur entourage par rapport à l’idée d’un revenu de base inconditionnel, éventuellement financé par cette taxe, l’occasion d’interroger le lecteur sur la pertinence des politiques actuelles d’emploi.

@ Réformons l’élection présidentielle | InternetActu.net

Sur sa chaîne YouTube, ScienceEtonnante, le chercheur en physique et vulgarisateur scientifique, David Louapre (@dlouapre) a publié une vidéo très stimulante sur les techniques de vote, comparant plusieurs techniques de vote pour améliorer l’élection présidentielle.

Il distingue notamment la technique du jugement majoritaire, qu’il qualifie de plus robuste que les autres méthodes, notamment celle du scrutin uninominal à deux tours qui est la nôtre actuellement. L’amélioration de la démocratie passe-t-elle par de nouvelles technologies de vote ? C’est un peu ce qu’évoque à son tour le sociologue Dominique Cardon dans l’introduction du dossier sur les nouvelles citoyennetés à l’heure numérique que publie le Digital Society Forum (dont nous sommes partenaires) en revenant sur les forces et faiblesses des formes politiques issues d’internet.

@ Désarmement nucléaire : la France va-t-elle s’opposer à la majorité du monde ? – Basta !

Cela fait 71 ans que l’humanité vit avec la capacité de détruire la planète par la pression d‘un simple bouton. Fin octobre, grâce à l’action de la société civile et d’États courageux, l’Onu a franchi une étape historique vers la négociation d’un traité d’interdiction complète de l’arme atomique, voté par 123 États. Malheureusement, sans le soutien de la France, malgré les engagements de François Hollande en faveur de l’élimination totale des armes nucléaires. Celles-ci « sont les dernières armes de destruction massive à ne pas être soumises à une interdiction », rappelle Jean-Marie Collin, membre de la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires. Tribune.

@ Le Mouvement Utopia se mobilise contre le CETA et TAFTA ! | mouvement utopia

Le collectif Stop TAFTA auquel Utopia participe, lance en France une campagne européenne qui demande aux eurodéputé-e-s de rejeter le CETA.

Dans tous les États membres, des coalitions d’organisations de la société civile appellent leurs concitoyen-ne-s à enjoindre leurs eurodéputé-e-s de voter contre l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada, le CETA, lors de la ratification attendue début 2017.

L’année dernière, l’Initiative citoyenne européenne (ICE) avait recueilli plus de 3,5 millions de signatures contre le TAFTA et le CETA.

Il est temps que les politiques écoutent notre voix!

@ Saleté de canapé – JCFrogBlog4

Ils gagnent du terrain. Ils n’ont pas grand mérite, les Trumpétistes ont le champ libre parce que notre modèle c’est de déléguer, d’abandonner. Depuis les 30 glorieuses nous avons pris l’habitude de nous asseoir dans les canapés du confort d’une paix opulente et de ne plus nous occuper de ce qui nous lie, le commun. On a profité, optimisé. Puis vinrent les crises, mais elles ne nous ont pas réveillés. Le sédatif est puissant.

@ 54% des européens seraient favorable au QE pour le Peuple – Mouvement Français pour un Revenu de Base

Un sondage récent montre qu’une large majorité (54 %) de la population européenne serait favorable à ce que la BCE injecte directement de l’argent aux citoyens, et met en évidence les nombreuses raisons pour lesquelles la mesure mérite d’être expérimentée.

Au cas où cela n’était pas déjà évident : la plupart des européens aimeraient recevoir de l’argent directement de la BCE, en vertu d’une proposition généralement surnommée “monnaie hélicoptère” par les économistes ou “Quantitative Easing pour le Peuple”.

@ « Journées de l’économie autrement » : comment l’économie sociale et solidaire change le monde – Basta !

Le magazine Alternatives économiques organise des journées sur le thème de « L’économie autrement », à Dijon, les 25 et 26 novembre. L’enjeu : mettre en valeur les initiatives concrètes développées par les acteurs de l’économie sociale et solidaire, tout en questionnant leur capacité à transformer le modèle économique et social. Au menu : revenu de base, économie circulaire, droit au logement, transition énergétique, monnaies locales, réussite scolaire, démocratie dans l’entreprise, accès à la santé…

@ RML8 la playlist vidéo officielle | Création Monétaire

Monnaie Libre Occitanie vient de mettre en ligne la playlist vidéo officielle des RML8, incluant les directs techniques, ainsi que la conférence « TRM et économie du libre » avec les slides inclus et un bon son, permettant un visionnage confortable.

@ Laprimaire.org, une expérience de démocratie | ploum.net

Étymologiquement, la démocratie signifie le pouvoir par le peuple. Elle s’oppose à l’aristocratie où le pouvoir est détenu par une minorité.

Dans la société d’aujourd’hui, force est de constater que ce que nous appelons démocratie n’en est pas une. Le pouvoir réel est toujours détenu par une minorité.

Mais, contrairement à une aristocratie traditionnelle héréditaire, l’aristocratie moderne est désormais choisie par le peuple à travers le processus électoral. Nous vivons dans une aristocratie démocratiquement représentative, le processus électoral nous permettant de nous affubler du titre de « démocratie ».

Les machines à voter c’est l’avenir ! Surtout, car ça permet de truquer une élection beaucoup facilement qu’en cachant des bulletins de vote dans ses chaussettes .

@ Sans lendemain | Le 4ème singe

Ce film d’animation, brillamment réalisé, que nous avions déjà diffusé il y a trois ans est certainement l’un des plus complet concernant les problématiques de l’énergie, des ressources et de notre système économique. Rare sont les documentaires qui parviennent à faire la jonction entre ces différents domaines bien souvent analysés séparément, mais qui pourtant sont intrinsèquement liés et interdépendants.

 


@ GEEK

Dans cette rubrique, vous retrouverez, comme d’habitude, des articles relatifs à la vie privée & au numérique, à l’informatique & à la culture, aux DRM & aux GAFAM … mais aussi à l’open source & au partage, ainsi que quelques explications concernant les licences … avec une mention « spéciale » (coup de coeur) pour certains projets « autour de wikimedia » & du domaine public (je pense en particulier à ce calendrier & à cet illustre auteur).

@ Si Google vous ignore, votre projet est en péril – Framablog

L’affaire a eu un certain retentissement : une entreprise qui propose du courrier électronique chiffré à ses clients et dont la croissance commence à faire de l’ombre à Gmail disparaît subitement des écrans de radar, ou plutôt des premières pages de la recherche Google, ce qui met en danger son modèle économique.

Aujourd’hui tout est réparé, mais cet épisode illustre une fois de plus le pouvoir de nuisance de Google dans la recherche sur Internet, qui est désormais un tentacule parmi d’autres de la pieuvre Alphabet.

@ Un peu d’hygiène numérique – Framablog

Les quelques conseils qui suivent sont élémentaires et relèvent du bon sens plus que de la technique. Ils doivent cependant être répétés sans cesse tant il nous est facile de passer outre et de négliger ce qui peut pourtant nous rendre un fier service…

Saviez-vous que Mozilla dispose d’une équipe et d’un site Internet Citizen qui publie de semaine en semaine des conseils pour que chacun puisse agir et « Protéger la plus vaste ressource globale partagée » ? C’est sur ce portail que j’ai choisi l’article de M.J. Kelly, à la suite duquel vous trouverez quelques pistes pour aller plus loin. Mais avant d’installer un VPN, de chiffrer notre disque dur ou de créer un nœud Tor, si nous commencions par sécuriser nos mots de passe ?

Devez-vous vraiment masquer votre webcam ?

@ Roli dévoile son Blocks, un jouet révolutionnaire pour apprenti musicien – Pop culture – Numerama

Rendre la composition plus simple, plus intuitive et plus évidente pour ceux qui ne sont pas nés Mozart, voilà un défi à la hauteur de l’intelligence numérique. Comme le prouve le Blocks de Roli, qui laisse penser que nous pouvons tous devenir des Bach en puissance.

@ Wikidata fête ses 4 ans – LinuxFr.org

Wikidata est une base de connaissances, structurée, multilingue et libre. C’est un projet frère de Wikipédia, développé par Wikimedia Deutschland et hébergé par la Wikimedia Foundation. Le but est de centraliser les connaissances sourcées et utiles aux projets Wikimedia. Le projet fête son quatrième anniversaire le 29 octobre 2016.

@ Les modèles 3D de la NASA sont sur Github – Korben

J’ai une bonne nouvelle pour tous les passionnés de 3D et d’impression 3D. La NASA qu’on ne présente plus, a balancé sur Github des tonnes de modèles 3D et de textures haute résolution de ses appareils spatiaux (Saturn, Rosetta, l’ISS…etc.), des sites d’atterrissage, et d’autres trucs originaux comme l’ouragan Katrina…

@ Des semences libres pour délivrer les paysans des géants agro-industriels – Basta !

Semer, sélectionner, échanger librement ses semences : ces pratiques ancestrales contribuent à l’autonomie des paysans et à la diversité des cultures. Mais ces dernières décennies, à cause d’une réglementation de plus en plus complexe, une partie des savoirs a été perdue. Refusant la mainmise de quelques multinationales, des paysans s’organisent pour faire revivre d’anciennes variétés de semences agricoles ou pour en créer de nouvelles, adaptées à leurs pratiques et aux particularités de leur environnement.

@ #WhatWouldTimblDo : nouvelle campagne de la FSF contre les DRM sur le Web – LinuxFr.org

Cette semaine, Tim Berners‐Lee est appelé à se prononcer sur l’adoption de la gestion numérique des droits (plus connue sous le nom de DRM) dans HTML 5. La Free Software Foundation a donc lancé une pétition pour convaincre l’actuel président du W3C de dire enfin non.
Petit historique…

@ Pourquoi il faut résister à la taxation des lectures publiques et des Heures du Conte en bibliothèque – – S.I.Lex –

Il y a déjà eu plusieurs alertes ces dernières années à ce sujet, mais la menace semble à présent en passe de se concrétiser. Le site de la Gazette des Communes publie cette semaine un article dans lequel on apprend que la SCELF (Société Civile des Editeurs de Langue Française) souhaite mettre en place un barème pour soumettre les bibliothèques à redevance lorsqu’elles organisent des lectures publiques d’oeuvres protégées par le droit d’auteur. Après un premier courrier envoyé aux mairies qui a servi de coup de semonce, la SCELF va rencontrer l’Association des Bibliothécaires de France la semaine prochaine pour discuter de ces nouvelles orientations.

@ Numérique : reprendre le contrôle – Framabook

L’extraction et l’analyse des données massives représente l’Eldorado des modèles économiques d’Internet. Pour une grande partie, ces données proviennent de chacun d’entre nous. Profilage, surveillance, contrôle : en utilisant une foule de services et de produits, gratuits ou payants, nous dévoilons toujours un peu plus nos intimités numériques.

Aujourd’hui, pouvons-nous encore contrôler nos données ? Est-ce à l’État ou aux citoyens de construire et défendre leurs souverainetés numériques ? Le logiciel libre permet-il de nous rendre autonomes et d’utiliser des outils respectueux de nos données personnelles ? Les réponses à ces questions sont parfois contradictoires.

Dans cet ouvrage, Tristan NITOT et Nina CERCY donnent la parole à plusieurs acteurs impliqués aujourd’hui dans le paysage numérique. Leurs arguments sont forts, issus de plusieurs points de vue. Une préoccupation principale : la confiance.

@ Snowden s’alarme du monopole exercé par les géants d’Internet – Politique – Numerama

Le lanceur d’alerte s’est exprimé, par visioconférence, sur la polémique entourant les fausses actualités partagées sur Facebook. Snowden appelle notamment à développer des alternatives aux plateformes dominantes (Google, Facebook, Twitter).

@ 10 trucs que j’ignorais sur Internet et mon ordi (avant de m’y intéresser…) – Framablog

Disclaimer : Cet article est sous licence CC-0 car les petits bouts de savoir qu’il contient sont autant d’armes d’auto-défense numérique qu’il faut diffuser. En gros, j’espère vraiment que certains d’entre vous en feront un top youtube, une buzzfeederie, une BD, un truc que j’ai même pas encore imaginé, ce que vous voulez… Mais que vous ferez passer les messages.

@ De la régulation de l’internet des objets | InternetActu.net

Bruce Schneier, le spécialiste de la sécurité estime que l’internet des objets nous fait désormais courir un grand danger. Il s’inquiétait, il n’y a pas si longtemps, que quelqu’un soit en train d’apprendre à détruire l’internet (voir les explications qu’en rapportait Xavier de la Porte), en pointant la sophistication des attaques en déni de service envers les entreprises les plus critiques de l’internet, comme Verisign, l’entreprise qui gère les noms de domaine en .com et .net.

@ Benvinguda Lingua Libre ! | Autour de Wikipédia et des projets Wikimedia

Après plusieurs mois de travail et grâce à l’implication sans faille des membres et bénévoles, l’outil Lingua Libre est entré dans une phase de test avec les premières sessions d’enregistrements qui se sont déroulées dans les locaux de Wikimedia France.

@ Cette année, contribuez au Calendrier de l’Avent du Domaine Public ! – SavoirsCom1

Comme les années précédentes, le collectif SavoirsCOM1 s’apprête à célébrer le domaine public à travers son désormais célèbre Calendrier de l’Avent, au cours duquel, pendant tout le mois de décembre, une nouvelle personnalité entrant dans le DP au 1er janvier est chaque jour révélée et présentée.

@ Pourquoi je préfère la licence GPL aux licences permissives type BSD/MIT | Le blog de Carl Chenet

En avant-propos, ce billet ne représente que ma démarche personnelle et mon humble point de vue sur l’utilisation des licences libres, correspondant forcément à ma façon d’agir, de faire, un point de vue duquel je suis volontiers prêt à discuter.

 


@ SWEETUX

Dans cette dernière rubrique, les principaux sujets abordés tournent curieusement autour des « monopoles » de Microsoft « imposés » par nos « politiques » … suivi d’une grosse dose de « parano » suite à l’élection outre-atlantique … ça n’est pas très réjouissant & j’en suis bien désolé … la seule nouvelle vraiment intéressante & positive est le premier article ci-après :

@ PyMoneroWallet, la bibliothèque Python du porte-monnaie Monero | Le blog de Carl Chenet

Connaissez-vous la crypto-monnaie Monero ? Je l’ai présentée dans un article complet il y a quelques temps sur ce blog. Il s’agit d’une crypto-monnaie originale, c’est-à-dire non-dérivée du bitcoin, orientée vers la sécurité, la vie privée et la non-traçabilité, lancée en 2014 et identifiée sur les plateformes d’échange par le sigle XMR.

@ Microsoft Office : la facture à 2 millions d’euros du Ministère de la Culture – Politique – Numerama

Le ministère de la culture est décidé à basculer l’ensemble de son environnement informatique sous Microsoft Office, au détriment des suites bureautiques libres. C’est ce que révèle un courrier. Facture attendue : 2 millions d’euros.

@ Le personnel de la Culture, nouvelle victime des relations privilégiées entre Microsoft et l’État français ? | April

Le site BFM business a eu connaissance d’une lettre interne de Mme la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, destinée au personnel de son ministère, signifiant, entre autres, sa volonté d’investir deux millions d’euros « pour améliorer la bureautique et les systèmes d’information relatifs aux ressources humaines pour qu’enfin, tout le monde travaille avec les mêmes logiciels ».

@ Edunathon saisit la CNIL | Le Blog d’ANDRE Ani

Le collectif Edunathon, créé en 2016 à la suite de l’accord entre l’Éducation Nationale et Microsoft, vient de saisir la CNIL. L’enjeu ? Les données personnelles récoltées ainsi que leurs usages dans le cadre d’une expérimentation avec élèves et professeurs. Car rien ne semble vraiment précisé dans cet accord et la « charte de confiance » n’a peut-être même pas été mise en place. C’est donc dans un but de transparence que le collectif souhaite demander son avis à la CNIL ainsi qu’au Ministère.
De plus, enfermer l’Éducation dans des logiciels privateurs alors que des alternatives libres existent est vraiment une mauvaise chose, bien évidemment.

@ Trump : la première leçon – Standblog

Voilà, Donald Trump a gagné l’élection présidentielle américaine. Le monde est sous le choc et certains se ravissent. Il est encore trop tôt pour mesurer les conséquences de cet événement, mais il y a déjà une leçon à retenir : quand on donne à quelqu’un en qui on a confiance des pouvoirs extraordinaires, comme la possibilité de faire de la surveillance de masse ou ficher les gens, il faut se souvenir qu’on les donne aussi à son successeur (…)

@ À qui iront les clés de la ://Surveillance ? – Framablog

Parmi les interrogations nombreuses et inquiètes qui ont accompagné l’élection du nouveau président des USA, nous retenons aujourd’hui la question de la maîtrise des armes les plus dangereuses dont va disposer l’exécutif. On pense bien sûr à l’arme nucléaire et au danger de son usage inconsidéré, mais une actualité tout aussi préoccupante nous invite à nous demander avec Cory Doctorow quelles conséquences la machine industrielle de la surveillance étatique peut avoir sur nos libertés, si elle tombe aux mains de… [mettre ici le nom de toute personnalité politique dont on peut redouter l’autoritarisme].

Cory Doctorow, qui est Canadien, réagit ici à la situation nord-américaine, mais la surveillance étatique est planétaire et nous sommes en France assez lourdement pourvus en outils de surveillance générale pour éprouver quelques inquiétudes : que deviendront par exemple le fichier TES (voir ce billet de Korben) et l’état d’urgence indéfiniment prolongé que veut imposer M. Cazeneuve si un gouvernement autoritaire accède au pouvoir bientôt ?

Au risque réel Doctorow répond par la nécessité de lutter avec nos armes, celles d’Internet. Cela suffira-t-il ?

@ Trump, ou pourquoi les outils de surveillance massive doivent être proscrits : Reflets

Ce n’est pas la première, ni la dernière fois que Reflets exprime cette position : la mise en place d’outils de surveillance massive, y compris par des Etats dits démocratiques, doit être proscrit. Car il est impossible de prédire l’avenir et le type de régime qui s’imposera.

@ Chiffrement : la victoire de Donald Trump booste les inscriptions à ProtonMail – Politique – Numerama

Un mal pour un bien ? Le service de messagerie sécurisée relève que les inscriptions ont fortement augmenté depuis l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

@ Défense française : portes ouvertes pour la NSA | Grise Bouille

Le M de GAFAM se retrouve décidément à tous les étages de nos ministères… on avait déjà évoqué celui de l’Éducation Nationale. À quel moment exactement va-t-on finir par considérer que c’est un problème ?

@ Pourquoi Framasoft n’ira plus prendre le thé au ministère de l’Éducation Nationale – Framablog

Cet article vise à clarifier la position de Framasoft, sollicitée à plusieurs reprises par le Ministère de l’Éducation Nationale ces derniers mois. Malgré notre indignation, il ne s’agit pas de claquer la porte, mais au contraire d’en ouvrir d’autres vers des acteurs qui nous semblent plus sincères dans leur choix du libre et ne souhaitent pas se cacher derrière une « neutralité et égalité de traitement » complètement biaisée par l’entrisme de Google, Apple ou Microsoft au sein de l’institution.

 

Plus d’actualités @
shaarli.sweetux.org & rss.sweetux.org

& https://framasphere.org/public/sam7.atom


2/ Le coup de gueule du mois :

Le gros sujet qui a fait coulé beaucoup d’encre « numérique » ces dernières semaines est TES . Voici donc ma « petite » sélection d’articles afin que vous puissiez vous faire votre opinion sur cette problématique ô combien sensible & importante :

@ L’identité biométrique de 60 millions de Français réunie dans un seul fichier – Politique – Numerama

Le gouvernement a fait publier un décret qui donne le coup d’envoi à la création d’un fichier national qui rassemblera les données personnelles et biométriques de la quasi totalité des Français.

@ Fichage : une dangereuse amnésie derrière un écran de fumée. – Pixellibre.net

Décret n° 2016-1460 du 28 octobre 2016 autorisant la création d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux passeports et aux cartes nationales d’identité. Tel est le joli nom de la nouvelle base de données, souhaitée par le gouvernement. Et cette base est destinée à tous nous ficher. Analyse d’un monstre de fichage.

Le TES, pour « Titres électroniques sécurisés », est un traitement de données à caractère personnel crée par le décret mentionné au début de ce billet.
Qu’est-ce qu’il contient ?

@ Le fichage biométrique des Français en 7 questions – Politique – Numerama

Ce fichier a un rôle-clé : rassembler dans une même base de données les données personnelles et biométriques des Français pour la gestion des cartes nationales d’identité et des passeports. Mais il suscite de vives inquiétudes.

À la toute fin du mois d’octobre, le gouvernement a fait publier un décret qui donne le coup d’envoi à la création d’un fichier qui rassemblera les données personnelles et biométriques de la quasi totalité des Français. Destiné aux passeports et aux cartes nationales d’identité, il inquiète par son ampleur et la nature des informations qu’il est amené à recevoir. Nous vous expliquons de quoi il en retourne en quelques questions.

@ Fichier monstre | Grise Bouille

Décidément, cette année aura été fertile en articles estampillés La fourche… mais en même temps, ils cherchent.

Je vous invite à lire plus de choses sur le sujet après ce petit coup de gueule :

Au Journal officiel, un fichier biométrique de 60 millions de « gens honnêtes »
La biométrie des honnêtes gens
Fichier TES : désossons les arguments de Jean-Jacques Urvoas et Bernard Cazeneuve

C’est marrant, on est le seul pays d’Europe Occidentale à avoir un système d’identité aussi avancé. Mais c’est plus pratique de prendre l’exemple des voisins quand c’est pour défendre l’ultra-libéralisme… pour le reste, vive la France.

@ Fichier biométrique : le Conseil national du numérique réagit – Politique – Numerama

Le Conseil national du numérique annonce ce vendredi qu’il s’auto-saisit pour évaluer la création du fichier TES, qui rassemblera les informations personnelles et biométriques de la quasi-totalité de la population dans un seul fichier.

@ Fichier monstre : le sens des priorités : Reflets

Publié en loucedé pendant le week-end de la Toussaint, le « décret Halloween » serait peut-être passé inaperçu sans l’étroite et singulière relation qu’entretient Marc Rees, rédacteur en chef de NextInpact, avec le Journal Officiel. Ce décret instaure la création d’une base de données centralisée, le fichier « TES », pour « Titres Électroniques Sécurisés ». C’est une généralisation du système mis en place pour l’obtention de passeports biométriques, qui avait donné lieu à une saisine du Conseil d’État par la Ligue des Droits de l’Homme.

@ Le décret du fichier biométrique TES attaqué en justice – Politique – Numerama

Le collectif des Exégètes Amateurs annonce son intention d’attaquer devant le Conseil d’État le décret donnant naissance au controversé fichier TES.

L’offensive judiciaire est lancée. Mardi, le collectif des Exégètes Amateurs a annoncé sa décision d’engager un recours au Conseil d’État — la plus haute des instances administratives en France — contre le décret du fichier TES (Titres Électroniques Sécurisés), qui a été publié discrètement au Journal officiel le 30 octobre 2016, en plein week-end de la Toussaint.

@ Fichier TES – Dommage, on peut faire mieux que ça… – Korben

Après la découverte du décret nécessaire à la mise en place du fichier TES qui va regrouper les données personnelles et biométriques de pas loin de 60 millions de français (je ne compte pas les mineurs de moins de 12 ans) et suite au tsunami de critiques qu’il s’est pris en pleine face, Bernard Cazeneuve riposte.

D’après lui, tout le travail sur TES a été mené de manière transparente, annoncé aux ministres concernées (dont apparemment Axelle Lemaire ne faisait pas partie) et au Premier ministre, Manuel Valls. D’ailleurs c’était qui les ministres concernés ?

@ Fichier TES, danger pour les libertés ! | La Quadrature du Net

Paris, 14 novembre 2016 — Le décret TES publié par le gouvernement, comme par effraction, le 28 octobre dernier trahit les principes démocratiques tant sur la forme (la manière dont il a été élaboré et publié) que sur le fond (la création d’un fichier centralisant les données d’identité, de filiation et de biométrie de l’ensemble des Français).

@ Fichier d’identité sur les Français : le CNNum lance la synthèse de la consultation – Politique – Numerama

Le conseil national du numérique a mis fin à la consultation publique sur le controversé fichier TES. C’est désormais le temps de la synthèse, dans laquelle seront intégrées les contributions des internautes.

@ Fichier d’identité sur les Français : les propositions des internautes – Politique – Numerama

Le conseil national du numérique dévoile la synthèse des propositions apportées par les internautes sur le fichier TES, une base de données qui contiendra les informations des Français détenteurs d’une carte d’identité ou d’un passeport.

La consultation publique ouverte par le conseil national du numérique à propos du fichier TES (Titres Électroniques Sécurisés) a pris fin le 20 novembre. Depuis cette date, les membres de l’instance se sont attachés à écrire une synthèse rassemblant et organisant toutes les réflexions apportées par les contributeurs. Synthèse qui peut désormais être consultée depuis le 25 novembre.

Celle-ci est articulée autour de trois axes…

 

Alors ? Qu’en pensez-vous ? … Je suis preneur de vos commentaires (pas sur mon blog, mais @ Framasphère bien sûr)

Source(s) & plus d’infos @

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=TES


3/ Le coup de cœur du mois :

Heureusement que dans l’actualité, il y a aussi des projets enthousiasmants & intéressants. Cette fis, ce sont des projets d’écologie open source qui ont eu ma préférence (eh oui, il n’y a pas que l’informatique qui compte! mon domaine d’activité, c’est le « bâtiment » & j’aime lorque de tels projets se mettent en place)

@ Un village d’éco-inventeurs, pour développer des outils libres au service de l’écologie et de l’intérêt général | Association Autogestion

Une éolienne en kit à moins de vingt euros, une douche qui recycle l’eau en boucle, un tracteur à pédales, un filtre antibactérien qui rend l’eau potable… Le point commun entre ces projets sociaux et écologiques ? L’open source. Des outils sans brevet, donc librement diffusables et appropriables par tous, à moindre coûts. Dans les Yvelines, des jeunes ont passé cinq semaines à développer des projets innovants, qui pourraient révolutionner nos manières de travailler, produire ou consommer. Rencontre avec ces makers qui veulent changer le monde.

@ Un centre d’expérimentation permanente pour éco-construire, habiter mieux et… sauver la planète – Basta !

Au cœur du Gers rural et agricole, une association sensibilise et accompagne les démarches d’éco-construction et de gestion de l’eau. Un long travail de terrain pour montrer qu’habiter mieux est à la portée du plus grand nombre. Comment bâtir sa maison en éco-construction, en s’appuyant sur les ressources locales et les artisans du coin ? Reportage auprès de ceux qui veulent démontrer par l’exemple que d’autres manières de vivre sont possibles.

@ Comment construire sa maison écologique en une semaine et à petit prix grâce à l’ « open source » | Association Autogestion

Les géants du BTP ont-ils du souci à se faire ? Après les logiciels libres et la fabrication de machines ou d’objets, la communauté mondiale des fab labs se tourne désormais vers la construction de véritables maisons en « open source ». Mise à disposition de plans et de techniques accessibles à tous, construction et assemblage collaboratif des éléments… Des États-Unis à la France en passant par la Grande-Bretagne, c’est une véritable communauté de la « maison libre » qui émerge et se structure, pour révolutionner la construction, son financement et permettre l’accès de tous à un logement plus décent.

On ne parle pas assez de ces projets sur la toile, à mon grand regrets …

Source(s) & plus d’infos @

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=OPENSOURCE

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=ECOLOGIE

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=ARCHITECTURE


 

Rendez-vous dans 1 mois pour d’autres nouvelles,

Cordialement,

bannière verte2

Remise du titre de docteur honoris causa à Richard Stallman | April

L’Université Pierre et Marie Curie a décerné à Richard Stallman, le président de la Fondation pour le Logiciel libre (FSF), le titre de docteur honoris causa le 11 octobre 2016 à 10h dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à Paris.

Il s’agissait d’une remise de titres organisée en commun entre l’Université Pierre et Marie Curie et la Sorbonne avec donc un mélange de prix pour les sciences humaines et sociales (personnes habillées en jaune) et les sciences dites “dures” (personnes habillées en rouge).

Chaque récipiendaire était accompagné d’une autre personne qui présentait un résumé de sa carrière. Le tout était entrecoupé de plusieurs discours et d’intermèdes musicaux avec orchestre.

Quelques photos de cet évènement sont disponibles sur la galerie photo de l’April.

Source : Remise du titre de docteur honoris causa à Richard Stallman | April

Free Software, Free Society

Free Software, Free Society : la conférence TEDx de Richard Stallman avec slides !

Dans le billet présentant « La route est longue mais la voie est libre », ma propre conférence TEDx à Genève en avril dernier, j’avais évoqué la présence (intimidante) de Richard Stallman qui intervenait lui aussi ce jour-là.

Outre le fait que c’était sa première conférence TED, l’originalité venait aussi du fait que c’était la toute première fois qu’il utilisait des diapositives. Et certaines sont particulièrement signifiantes et savoureuses 😉

Pour réaliser les slides, les organisateurs avait mis la veille à sa disposition deux étudiants graphistes (à gauche sur mon horrible selfie). Bravo pour leur patience et leur courage, parce que Stallman fut, as usual, particulièrement pointilleux ce jour-là 😉

Alexis Kauffmann - Selfie - Richard Stallman

Appel à participation : La conférence est donc en anglais. Nous invitons les lecteurs à la transcrire sur un pad. Ensuite nous la traduirons et la soumettrons à Stallman pour approbation avant sous-titrage officiel (car tout écrit de Stallman est sous licence CC By-Nd). Merci

Alexis Kauffmann (aKa)

>>> Source @ http://framablog.org/2014/06/28/stallman-tedx-slides/

#0.5

#0.5 / OCTOBRE 2015

Comme d’habitude, ce billet mensuel reprendra les introductions & les liens vers les  mensuels de mes 3 blogs …

Les mois se suivent & ne se ressemblent pas … quoique, certaines actualités reviennent régulièrement !

#1.5 @ http://infolibre.sweetux.org/2015/10/07/1-5/

Comme d’habitude, je vais commencer ce billet par une petite série de news relatives à l’informatique libre …

Pour débuter cette série de news, LA « plus importante » d’entre elles est la suivante : la sortie d’HandyLinux 2.2 !

À l’occasion d’un anniversaire (voire plus), le dossier du mois intitulé « la FSF & GNU » reviendra sur plus de 30 ans d’histoire … et sur l’homme sans qui tout ceci n’existerais pas aujourd’hui !

#2.5 @ http://lmpc.sweetux.org/2015/10/14/2-5/

L’actualité « politique » de ce mois n’est pas très « chargée », mise à part les coups de gueules habituels … il restent tout de même quelques sujets importants, comme par exemple la loi sur la santé, & la loi sur le numérique … sans oublier le dossier économique du mois à l’occasion de la semaine sur le revenu de base qui a eu lieu dernièrement !

#3.5 @ http://geek.sweetux.org/2015/10/28/3-5/

Ce moi-ci, l’actualité a été très chargée … difficile de tout abordé ici, voici donc l’essentiel de ce que j’en ai retenu (désolé pour les éventuels oublis).
Le « mini dossier » du mois est réalisé suite au scandale automobile qui a eu lieu dernièrement & mon coup de cœur ira à un nouveau projet intitulé LIBRE @ TOI !

Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau point de situation 🙂

bannière verte2

Nipsource & le libre (2/2)

Dans cet épisode « Hors Série » de la rentrée 2015, la joyeuse équipe de Nipsource nous rappelle les bases du libre … en nous parlant des différentes licences libres, mais aussi du projet GNU défendu par la FSF (tous deux initiés par rms).

https://w.soundcloud.com/player?url=https%3A%2F%2Fapi.soundcloud.com%2Ftracks%2F226648875&visual=true&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false

Podcast: Téléchargement

Source & + d’infos @ http://nipcast.com/category/nipSOURCE/

http://nipcast.com/nipsource-episode-hs-le-libre-partie-2/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_libre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Free_Software_Foundation

https://www.gnu.org/home.fr.html

#1.5

 

1/ L’actualité du mois écoulé :

Comme d’habitude, je vais commencer ce billet par une petite série de news relatives à l’informatique libre …

Pour débuter cette série de news, LA « plus importante » d’entre elles est la suivante :

Le 6 septembre, Arpinux, papa de la HandyLinux a annoncé la sortie officielle de la version 2.2 de sa distribution GNU/Linux, basée sur la Debian GNU/Linux 8.2.0, plus connue sous le nom de code de Jessie.

Après une annonce postée sur la framasphere*, j’ai été sur le blog de la distribution qui annonce en grande pompe les nouveautés.

Outre les habituelles montées en version de logiciels, le menu Handy a été réécrit depuis une feuille blanche pour en améliorer son ergonomie. On apprend aussi l’existence d’une première version en 64 bits, ce qui est somme toute logique. Le premier processeur 64 bits pour PC, c’était l’Athlon 64, sorti en septembre 2003. Déjà 12 ans !

À l’occasion de la sortie de debian 8.2, HandyLinux se met à jour avec une liste conséquente de nouveautés. Pour rappel, il s’agit d’une distribution GNU/Linux collégiale pour rendre l’informatique accessible à tous. Comme d’habitude, vous pouvez bien sûr télécharger et installer cette nouvelle version, mais si vous avez déjà HandyLinux sur votre machine, une mise à jour suffira.

Vous l’aurez compris : j’aime cette distribution. Ses énormes points forts sont sa documentation (on & off line) & sa simplicité (grâce ou à cause de son environnement : XFCE & aux nombreux petits accessoires « maison »)

Que le détournement de la carte d’Astérix illustrant notre campagne Dégooglisons Internet ne vous trompe pas : quand on promeut le Libre en français, ce n’est pas simplement pour un petit hexagone, mais bien au profit de toute la francophonie.

C’est une des joies de nos internets : pouvoir partager des projets (et du code ^^ !) avec des personnes éloignées géographiquement mais proches aussi bien par la langue que par les valeurs.

Pour la prochaine Semaine Québécoise de L’Informatique Libre (du 19 au 26 septembre 2015), FACIL invite Framasoft à parler de ses expériences et de ses projets, mais surtout à échanger avec la communauté libriste du Québec.

Une occasion rêvée pour le Framablog d’ouvrir ses lignes à Mathieu Gaultier-Pilote, président de FACIL, afin de mieux présenter et connaître ce qui se passe chez nos ami-e-s d’outre-Atlantique…

Cette SQIL fait un peu penser à nos RMLL ! & cette année, l’équipe de bloguelinux.ca était présente lors de cet évènement festif !

Un des principaux commentaires, suite à mon billet « Trop tard » sur Caliopen, a été, encore une fois, que son objectif n’était pas assez clair.

J’en assume la totale responsabilité, évidemment, puisque malgré l’aide et le soutien sans arrêt renouvelé de Gandi je suis seul à porter ce projet. Je suis un vieux développeur, pas un communicant, et il n’est pas toujours simple d’expliquer un projet complexe dans le peu d’espace alloué, de nos jours, par nos cerveaux sans cesse sollicités par une actualité débordante.

Je vous propose donc ici, encore, une explication: c’est le texte d’une mini-conférence que j’ai faite cet été, et qui sera sans doute la base des diverses rencontres autour du projet prévues cette fin d’année.

En espérant, cette fois-ci, être mieux compris et, qui sait, attirer quelques bonnes volontés sinon pour participer au développement, au moins peut-être pour dialoguer, améliorer le site-vitrine, m’aider à créer l’association qui dans le futur assurera le suivi du projet… Bref, pour m’accompagner dans cette aventure un peu trop solitaire.

Caliopen, pour ceux qui ne connaissement pas, c’est un projet de client de messagerie qui respecte la vie privée ! (c’est donc un outil indispensable dans la société d’aujourd’hui…)

Titre : La place de l’homme dans et par l’informatique libre
Intervenants : Véronique Bonnet – Luc Fievet – Quesch
Lieu : Radio RMLL2015 – Beauvais
Date : Juillet 2015
Durée : 39 min 33
Lien vers l’enregistrement
quatrelibertés

Petite conférence très intéressante …

 

La sortie d’un nouveau windows est toujours une belle nouvelle pour nous… C’est l’occasion de dire à notre entourage « quitte à devoir changer vos habitudes, pourquoi ne pas passer sous GnuNux ? »

Cet argument a beau faire mouche, il ne fonctionne pas tout le temps auprès des Dupuis-Morizeau (ça faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé de notre sympathique famille-témoin Normande, hein ?). Qu’à cela ne tienne, on est parés à tous niveaux.

Microsoft, vous nous avez gâtés ❤ !

Vous avez probablement lu une pléthore d’articles sur cette nouvelle sortie et les aberrations fonctionnalités qui l’accompagnent. Il faut dire que les arguments de vente et les choix stratégiques de la firme de Redmond sont autant de raisons de passer au Libre. Plutôt que de tout réécrire, voici un petit inventaire à la Prévert des raisons qui peuvent faire mouche…

Si vous décidez malgré tout de rester « sous windows » (en toute connaissance de cause), pensez aux logiciels libres tout de même !

 

La distinction n’est pas toujours facile entre un logiciel libre et un projet ouvert, alors que les deux ne se recoupent pas forcément.

Un logiciel est objectivement libre s’il garantit quatre libertés essentielles à l’utilisateur :

la liberté pour l’utilisateur d’exécuter le programme comme il le veut, pour n’importe quel usage ;
la liberté pour l’utilisateur d’accéder au code source du programme pour étudier le fonctionnement de ce dernier, et de le modifier pour que le programme effectue ses tâches informatiques comme il le souhaite ;
la liberté pour l’utilisateur de redistribuer des copies, donc d’aider son voisin ;
la liberté pour l’utilisateur de distribuer aux autres des copies des versions modifiées ; en faisant cela, celui-ci donne à toute la communauté une possibilité de profiter de ses changements.

On voit que, passé les deux premières libertés, qui concernent d’avantage l’utilisateur du programme en tant que tel, les suivantes sont le socle qui doit favoriser la constitution d’une véritable communauté d’utilisateurs.

Comme je l’ai déjà expliqué dernièrement, il y a quelques différences entre logiciel libre & logiciel open source … il ne faut pas confondre !

Il ne s’agit pas ici de s’extasier bêtement sur la nouvelle version majeure d’un logiciel quel qu’il soit, au motif que ses responsables ont décidé plus ou moins arbitrairement (coucou Linus) qu’ils allaient incrémenter plus fortement le numéro de la prochaine version, comme ici avec la récente version 5 de LibreOffice.

Il s’agit plutôt de constater la qualité, certes discrète, de cette dernière version, fruit d’un long et continu effort de développement communautaire entamé dès le lancement du projet.

J’ai déjà évoqué (brièvement) la sortie de cette suite bureautique le mois dernier & après 1 mois d’usage : elle est vraiment très bien !

& ça fait un moment que je n’utilise plus sa « mère » qui vient de sortir « enfin » une nouvelle version :

Ce 28 septembre, cela faisait 5 ans que la suite bureatique OpenOffice.org a été dérivée pour Libreoffice et comme par hasard Apache Software Foundation a publié à cette date anniversaire des informations sur une nouvelle version de OpenOffice à venir. Apache OpenOffice 4.1.2 sera bientôt disponible, « conçue au départ comme une simple version de maintenance, elle a donné lieu à une restructuration profonde du projet:
Dans la sérier des logiciels que je n’utilise plus, en voici un autre qui progresse (je devrais y regarder de prêt, sait-on jamais …)

On ne présente plus GNOME, l’environnement de bureau libre et convivial.

GNOME 3.18 Göteborg est sorti le 23 septembre 2015. Le bureau continue sa transformation et s’améliore sur de nombreux points. À l’occasion de cette version, un nom de code a été adopté. L’équipe a en effet décidé de reprendre le nom de la ville où s’est déroulé le dernier GUADEC.

& le 18 correspond « par hasard » à son âge !

L’on entend souvent pas parler ces derniers temps de SeaMonkey, la Suite Internet tout-en-un de Mozilla, cependant une mise à jour est disponible depuis ce week-end. SeaMonkey a hérité du succès du concept tout-en-un de Netscape Communicator et continue dans cette ligne de produits basée sur l’architecture multi-plateforme moderne fournie par le projet Mozilla. SeaMonkey ainsi continue d’être pourvue équipée, d’un e-mail, un IRC, un éditeur HTML, de fonctionnalités de navigation Web et tourne avec la dernière version du moteur Gecko de Firefox.

Ce logiciel s’adresse à tous ceux qui souhaitent un produit « tout en un »…

Parce que Windows c’est américain et sûrement aussi pour garder un peu la main, la Chine a décidé de proposer une distribution Linux faite maison baptisée NeoKylin.

Développée à Shanghai, cette distrib commence à remplacer Windows sur les Dell Latitude, Dell Precision et Dell OptiPlex vendus sur le marché chinois.

Eh oui ! et d’après ce que j’ai pu lire dernièrement, il y a de plus en plus de machines « sous linux » dans ce grand pays (& donc faire progresser le pourcentage d’utilisation au niveau mondial)… mais les risques de « soucis » vont de ce fait augmenter malheureusement :

Découverte d’un malware sous Linux derrière un important botnet

Réputé plus sûr que Windows, Linux connaît aussi son lot d’attaques, et en connaîtra de plus en plus avec l’augmentation des objets connectés reposant sur une distribution Linux. En témoigne un nouveau malware découvert principalement en Asie, qui forme un botnet capable d’orchestrer des attaques DDOS très puissantes, jusqu’à plus de 150 Gbps.

& pour terminer cette petite sélection, voici quelques distributions « rolling release » que j’aime bien :

Manjaro 15.09 a été libéré récemment en version Xfce, KDE, et l’installateur net. Manjaro 15.09 est la première mise à jour majeure depuis Juin et a pour nom de code Bellatrix. Avec cette version, l’équipe Manjaro a décidé de changer de mode de versionemment en le basant sur la date plutôt que leur ancien système de gestion des versions. Avec cette version l’on découvre le nouvel installateur Calamares, qui a la particularité d’avoir été conçu pour être facilement porté sur d’autres distributions.

Cette distribution est de plus en plus intéressante & conseillée par « nos ami-e-s d’outre-Atlantique… »

Joost Ruis a annoncé la sortie de Sabayon 15.10, la dernière construction mensuelle de la distribution à roulement constant basée sur Gentoo disponible dans les versions GNOME, KDE, Xfce et MATE. Ceci est la première version de Sabayon qui dispose du bureau Plasma 5 de KDE, ainsi que d’un nouveau programme d’installation du système.
Même si je ne suis pas fan de KDE, je trouve cette « distro » très belle & réussie ! & j’adore le principe de la « rolling release » …
& pour « boucler la boucle » de ce mois :
Un petit post en ce dimanche pour vous parler des quelques soucis rencontrés lors de la mise à jour HandyLinux-1x -> HandyLinux-2.x
Cette mise à jour implique un changement de base (de Debian 7 à Debian 8) ainsi que plusieurs modifications aléatoires du support matériel, surtout pour les cartes nVidia & ATI… sur certaines machines, ça s’arrange, sur d’autres, plus rien ne fonctionne comme avant (mauvaise gestion des polices de caractères, de l’affichage en général etc.. ).

La plupart des solutions proposées sur notre forum ou notre documentation, passent par l’installation de pilotes propriétaires ou par des modifications en ligne de commande, bref, rien de très « user-friendly » (gentil avec l’utilisateur) .

Alors si votre utilisation se limite à de la navigation internet, du petit travail de bureau, visionnage de films et séances de musique (90% des utilisateurs), et si HandyLinux-1.9 fonctionnait bien sur votre machine, ne cédez pas à la course du « toujours plus » : le nouveau HandyMenu est disponible pour HandyLinux-1.9 ainsi que les nouveaux thèmes GTK et les décorations de fenêtres.
Une section complète sur le forum est réservée à la version 1.9 et les paquets/dépôts sont toujours maintenus.

C’est LA « distribution » que je recommande vivement à ceux qui souhaitent débuter « sous linux » …

>>> Plus d’actualités @
shaarli.sweetux.org & rss.sweetux.org


2/ Le dossier du mois :

La FSF & GNU

À l’occasion des 30 ans de la FSF le 4 octobre dernier & des 32 ans du projet GNU le 27 septembre dernier (et de la 16ème FSD le 19 septembre dernier qui a ouvert la 7ème édition de la SQIL), je voulais vous parler aujourd’hui de « l’oeuvre » de Richard Stallman.

Avant toute chose, une présentation rapide issue de Wikipedia s’impose :

Qui donc est cet illustre personnage ?

Richard Stallman

Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le ), connu aussi sous les initiales rms (en minuscules1), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, Il lance, en 1983, le projet GNU et de la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »2. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU, le débogueur GNU mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU Make.

Description de cette image, également commentée ci-après

Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion du logiciel libre auprès de divers publics un peu partout dans le monde. Depuis quelques années, il fait campagne contre les brevets logiciels et la gestion des droits numériques (DRM)3. Le temps qu’il alloue encore à la programmation est dédié à GNU Emacs, bien qu’il ne soit plus mainteneur principal depuis février 2008. Il gagne sa vie en partie avec les cachets de conférencier qu’on lui donne à l’occasion ou des prix qu’on lui remet.

Free Software Foundation

La Free Software Foundation (FSF) (littéralement « Fondation pour le logiciel libre »), est une organisation américaine à but non lucratif fondée par Richard Stallman le 4 octobre 1985, dont la mission est la promotion du logiciel libre et la défense des utilisateurs.

La FSF aide également au financement du projet GNU depuis l’origine. Son nom est associé au mouvement du logiciel libre.

+ les associations « filles » :

Le système d’exploitation GNU

(Soutenu par la Free Software Foundation)

GNU est un projet de système d’exploitation libre lancé en 1983 par Richard Stallman, puis maintenu par le projet GNU. Son nom est un acronyme récursif qui signifie en anglais « GNU’s Not UNIX » (littéralement, « GNU n’est pas UNIX »). Il reprend les concepts et le fonctionnement d’UNIX.

Le système GNU permet l’utilisation de tous les logiciels libres, pas seulement ceux réalisés dans le cadre du projet GNU.

Son symbole est un gnou, un animal vivant en Afrique.

Pour ceux que ça intéressent, voici également une petite vidéo de présentation :

Sur le site du projet GNU, on trouve en pied de page la mention suivante :

« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d’utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

Compte-tenue de l’importance que revêt l’informatique dans la société d’aujourd’hui (et bien plus de demain), vous comprendrez que cette mission est indispensable !

Pour mieux aider à faire comprendre tout ceci, il faut commencer « dès le plus jeune age » … avec l’éducation : Pour se faire, ‘rms‘ fait très régulièrement des conférences (comme @ BREST au printemps dernier) pour expliquer « la bonne parole ».

La genèse de cette histoire commence donc ainsi :

Comme il est dit sur le site d’April  : Le 27 septembre 1983, Richard Stallman diffusait l’annonce initiale du projet GNU, projet fondateur du mouvement du logiciel libre :

« Dès le Thanksgiving prochain, je commencerai à écrire un système logiciel complet, compatible Unix, appelé GNU (pour GNU N’est pas Unix), et le distribuer librement à tous ceux qui souhaitent l’utiliser. Je fais appel à toute contribution en temps, en argent, en programmes et en matériel pour faire avancer ce projet. »

En effet, il annonce son projet GNU avec l’objectif de développer un système d’exploitation entièrement libre :

Il invite les programmeurs à le rejoindre et contribuer à son développement comme il est d’usage dans la communauté hackeur. Il dévoile également ses motivations jetant là les bases d’une communauté animée par les principes du logiciel libre, un mouvement qu’il formalisera quelques mois plus tard avec le concept de copyleft.

Faut-il vous présenter le projet GNU ?

Le système d’exploitation GNU est un système complet de logiciels libres qui a une compatibilité ascendante avec Unix. « GNU » signifie GNU’s Not Unix (GNU N’est pas Unix). Richard Stallman a fait l’annonce initiale du projet GNU en septembre 1983. Une version plus longue appelée « manifeste GNU » a été publiée en septembre 1985. Il a été traduit dans différentes langues.

Le nom « GNU » fut choisi parce qu’il satisfaisait à plusieurs conditions : premièrement c’était un acronyme récursif pour GNU’s Not Unix, en second lieu, c’était un mot réel, et troisièmement il était drôle à prononcer (ou à chanter).

Le mot free, dans free software (logiciel libre), fait référence à la liberté et non au prix. Vous pouvez avoir payé votre exemplaire d’un logiciel GNU, ou l’avoir obtenu gratuitement. Mais quoi qu’il en soit, une fois que vous avez le logiciel, vous possédez quatre libertés spécifiques : la liberté d’exécuter le programme comme vous le souhaitez ; la liberté de copier le programme et de le donner à vos amis ou collègues ; la liberté de modifier le programme comme vous l’entendez, grâce à un accès complet au code source ; la liberté de distribuer une version améliorée et ainsi d’aider à construire la communauté (si vous redistribuez des logiciels GNU, vous pouvez faire payer l’acte physique de transférer une copie, ou bien vous pouvez donner cette dernière sans contrepartie).

Le projet ayant pour but de développer le système d’exploitation GNU est appelé « projet GNU ». Le projet GNU a été conçu en 1983 comme une manière de rétablir l’esprit coopératif qui prévalait dans la communauté informatique aux premiers jours, pour rendre la coopération à nouveau possible en supprimant les barrières imposées par les propriétaires de logiciels privateurs.

Le projet GNU et la FSF

Le projet est soutenu par la Free Software Foundation depuis 1985 et s’organise dès l’origine en sous-projets solidaires.

Bien que le système GNU soit la partie visible du projet GNU, les motivations de ce dernier sont avant tout des raisons sociales, éthiques et politiques. En plus d’avoir produit des logiciels et licences libres, le projet GNU a publié un grand nombre de documents, tirant parfois vers le philosophique, dont la majorité ont été écrits par Richard Stallman. Les objectifs politiques restent cependant le domaine réservé de la Free Software Foundation.

À partir du milieu des années 1990, de nombreuses entreprises ont commencé à s’intéresser au développement de logiciel libre. La FSF a donc recentré ses ressources financières sur le soutien légal et politique du développement des logiciels libres. Les efforts de développement logiciel ont été concentrés sur la maintenance des projets existants et sur la création de nouveaux projets ayant pour objectif de trouver une solution aux problèmes importants menaçant la communauté du libre.

Les activités de développement logiciel du projet GNU ont connu deux périodes :

  • la première qui s’est déroulée dans les années 1980 et début des années 1990 a permis l’élaboration des programmes du système d’exploitation ;
  • la deuxième qui a commencé au milieu des années 1990 a été consacrée à des projets stratégiques.

Les projets stratégiques sont (bien sûr) le noyau …

Cet objectif fut partiellement atteint en 1992 lorsque la dernière brique manquante, un noyau de type UNIX libre, fut apportée par Linux. Les développements du noyau GNU Hurd se poursuivent mais le projet n’est plus considéré comme stratégique.

(ça me fait penser @ cette question qui a son importance)

… et l’environnement graphique :

Parmi ces nouveaux projets, on retrouve par exemple, le projet GNOME qui a été lancé par le projet GNU parce que KDE, un autre environnement de bureau, commençait à devenir connu mais contraignait les utilisateurs à installer certains logiciels propriétaires. Pour empêcher cela, le projet GNU a lancé simultanément deux projets. Le premier appelé Harmony avait pour objectif de produire des logiciels alternatifs de ceux dont dépendait KDE qui étaient propriétaires. L’idée était que si ce projet aboutissait, le problème lié à KDE disparaissait. Le second, GNOME, a attaqué le même problème d’un point de vue différent. Son objectif initial était de produire une alternative à KDE ne dépendant d’aucun logiciel propriétaire. Finalement, le composant logiciel sur lequel KDE était basé (Qt) fut distribué sous licence libre avant que Harmony n’aboutisse. GNOME a quant à lui très bien progressé.

… ainsi que quelques applications spécifiques (comme Gnash,  un logiciel permettant de lire les animations conçues à l’aide du format Flash d’Adobe)

Le projet GNU, la Free Software Foundation (FSF) et la licence GPL

Fin 1983, Richard Stallman, alors chercheur au laboratoire d’intelligence artificielle du MIT aux États-Unis, lance le projet GNU, en réaction à la pratique alors émergente qui consistait à garder secret le code source des logiciels et à contraindre au paiement d’une licence pour leur utilisation. Son objectif est de développer un système d’exploitation complet, semblable à Unix et qui soit un logiciel libre : le système GNU. (« GNU » est l’acronyme récursif de « GNU is Not Unix »; on le prononce « gnou » avec un G audible). Afin de récolter des fonds, il crée la Free Software Foundation, et commence à développer de nombreux logiciels. On lui doit notamment le célèbre éditeur Emacs, le compilateur gcc, etc.

La liberté au sens GNU est définie selon quatre principes :

  1. la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  2. la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à vos besoins (liberté 1).
  3. la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre prochain (liberté 2).
  4. la liberté d’améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3).

Pour les points 2 et 4, l’accès au code source du programme est une condition indispensable.

Le projet GNU a ainsi défini une licence afin de protéger la liberté de ses travaux, la licence GPL, sous laquelle sont publiés un grand nombre de logiciels libres. Le site http://www.gnu.org offre une comparaison entre les licences existantes. Notons enfin que « libre » ne signifie par nécessairement « gratuit » ou « non commercial », l’auteur d’un logiciel libre ou de modifications étant libre de le distribuer gratuitement ou non. On notera qu’utiliser un logiciel libre a de nombreux avantages : la fiche pratique Pourquoi utiliser des logiciels libres ? vous en présentera quelques uns.

La licence GPL a depuis été utilisée par de nombreux logiciels, le plus célèbre sur ce site étant bien sûr le noyau Linux.

(…)

Voici une chronologie des principaux événements qui ont marqué la vie de Linux.

Vous trouverez ci-après de nombreux liens aux contenus très intéressants pour approfondir sur ce sujet… Je vous recommande également la lecture de « Richard Stallman et la révolution du logiciel libre » (Une biographie autorisée).

>>> Source(s) & + d’infos @ https://fsf.org/ & https://www.gnu.org/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Free_Software_Foundation & https://fr.wikipedia.org/wiki/GNU

>>>Liens Bonus @ 

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=FSF

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=GNULINUX

 


3/ Le coup de cœur ou le coup de gueule du mois ?

Ce moi-ci, je suis tombé sur une nouvelle bien « surprenante » (quoique, il fallait bien se douter que ça arriverait un jour… mais j’aurais espéré avec windows lol !)

Dans l’objectif de renforcer son offre cloud Azure, Microsoft a développé sa propre distribution Linux baptisée “Azure Cloud Switch”.

logo-azure3C’est par l’intermédiaire d’un article de Kamala Subramaniam, architecte chez Azure Networking, que Microsoft a annoncé la nouvelle.

Cette distribution a pour objectif de faire tourner des périphériques réseau comme des switchs, pour un réseau géré directement au niveau de la couche logicielle.

La hache de guerre entre Microsoft et le monde Linux semble bel et bien enterrée, et c’est surement mieux pour tout le monde. Ce n’est pas d’aujourd’hui que Microsoft se rapproche de Linux puisque depuis plusieurs années déjà, Microsoft contribue au noyau Linux de manière importante.

>>> Source(s) & plus d’infos @

http://shaarli.sweetux.org/?searchterm=windows

Le « vrai » coup de cœur de ce mois

est « en cours » :

Dégooglisons saison 2 : ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

Nous l’avions annoncé l’an passé : Dégooglisons Internet est un projet sur 3 ans. Après une première année qui a dépassé toutes nos espérances, nous avons décidé d’attaquer cet « an 2 de la dégooglisation » en fanfare, en vous proposant 5 nouveaux services (et mises à jour majeures) qui seront présentés sur le Framablog tout au long de la semaine.

Mais nous ne perdons pas de vue l’essentiel : le succès de la première saison et ce que nous allons en faire dans la deuxième, c’est à vous que nous le devons.

GAFAM ne l’avait pas vu venir…

Carte2015-animation

 


Rendez-vous le mois prochain pour d’autres nouvelles,

Cordialement,
bannière bleue2