Le nouveau servage

Depuis les années 1950 et l’apparition des premiers hackers, l’informatique est porteuse d’un message d’émancipation. Sans ces pionniers, notre dépendance aux grandes firmes technologiques aurait déjà été scellée.

Aujourd’hui, l’avènement de l’Internet des objets remet en question l’autonomisation des utilisateurs en les empêchant de « bidouiller » à leur gré. Pire encore, les modèles économiques apparus ces dernières années remettent même en question la notion de propriété. Les GAFAM et compagnie sont-ils devenus nos nouveaux seigneurs féodaux ?

Une traduction de Framalang : Relec’, Redmood, FranBAG, Ostrogoths, simon, Moutmout, Edgar Lori, Luc, jums, goofy, Piup et trois anonymes

L’Internet des objets nous ramène au Moyen Âge

Par Joshua A. T. Fairfield

SOURCE & suite @ https://framablog.org/2017/11/24/le-nouveau-servage/

La nouvelle dystopie, c’est maintenant

L’article qui suit n’est pas une traduction intégrale mais un survol aussi fidèle que possible de la conférence TED effectuée par la sociologue des technologies Zynep Tufecki. Cette conférence intitulée : « Nous créons une dystopie simplement pour obliger les gens à cliquer sur des publicités »
(We’re building a dystopia just to make people click on ads) est en cours de traduction sur la plateforme Amara préconisée par TED, mais la révision n’étant pas effectuée, il faudra patienter pour en découvrir l’intégralité sous-titrée en français.

En attendant, voici 4 minutes de lecture qui s’achèvent hélas sur des perspectives assez vagues ou plutôt un peu vastes : il faut tout changer. Du côté de Framasoft, nous proposons de commencer par outiller la société de contribution avec la campagne Contributopia… car dégoogliser ne suffira pas !

SOURCE & suite @ https://framablog.org/2017/11/09/la-nouvelle-dystopie-maintenant/

La Culture est-elle « structurellement » un bien commun ? – – S.I.Lex –

Au début du mois, Henri Verdier, l’administrateur général des données de l’Etat et directeur de la DINSIC, a publié un billet important sur son blog, intitulé : «La Silicon Valley est-elle en passe de devenir la capitale de la culture ?». Il y analyse les mécanismes qui ont placé les grands acteurs américains du numérique, type Google, Amazon, Facebook ou Netflix, en situation de quasi-hégémonie sur le plan culturel au niveau mondial. Mais c’est la conclusion de son billet qui attire tout particulièrement l’attention, car pour contrecarrer cette emprise grandissante des GAFAM, il appelle à une convergence entre le monde de la Culture et celui des Communs numériques :

Source : La Culture est-elle « structurellement » un bien commun ? – – S.I.Lex –

Être un géant du mail, c’est faire la loi… – Framablog

Google, Yahoo, Microsoft (Outlook.com & Hotmail) voient forcément vos emails. Que vous soyez chez eux ou pas, nombre de vos correspondant·e·s y sont (c’est mathématique !), ce qui fait que vos échanges finissent forcément par passer sur leurs serveurs. Mais ce n’est pas là le seul problème.

Source : Être un géant du mail, c’est faire la loi… – Framablog

À la recherche des données perdues

Elles ont nos données ; « elles », ce sont les grandes entreprises du Web : Google, Facebook, Yahoo!, Amazon… et les moins grandes, toutes aussi agressives dans l’entreprise de captation de données. Nous échangeons des messages avec un ami sur des vacances hypothétiques en Crète, et nous voilà inondés de pubs pour des hôtels, des transports… pour la Crète. Certaines viennent manifestement d’une analyse des emails échangés, mais les autres ? Comment sont-ils au courant ?

Source : À la recherche des données perdues

L’urgence de créer un web que nous aimerons à nouveau | Page 42

J’ai quitté les réseaux sociaux. D’abord parce qu’ils ne m’inspiraient plus confiance, mais aussi parce qu’à mon sens, ils faussent nos relations et nos interactions. J’ai précédemment développé mon point de vue dans plusieurs articles (ici et ici par exemple), alors je ne vais pas m’étendre. Reste qu’il ne suffit pas de critiquer : il faut aussi prendre le taureau par les cornes et proposer une alternative.

Source : L’urgence de créer un web que nous aimerons à nouveau | Page 42

J’ai lu Surveillance:// – Blog de dada

Surveillance://, c’est le livre de Tristan Nitot. Il l’a sorti en octobre 2016 après l’avoir longtemps préparé via des billets de blog sur son site personnel. J’avais furieusement envie de me jeter dessus et c’est chose faite. Il m’a fallu moins de 3h pour le dévorer. Vient maintenant l’heure des retours : de quoi il s’agit, comment le prendre, pour qui est-il ?

Source : J’ai lu Surveillance:// – Blog de dada

Flash d’Adobe à l’agonie – LinuxFr.org

Flash Player et la technologie sous-jacente développés par la société Adobe n’en finissent plus d’agoniser. Sommes-nous en train d’assister aux derniers soubresauts ? Les principaux navigateurs web réduisent la voilure de l’extension Flash Player principalement pour les problèmes récurrents de sécurité, de performance et de consommation excessive de batterie. L’introduction d’un blob propriétaire dans les navigateurs est peut-être aussi une raison pour certains projets, bien que ce point soit rarement mis en avant officiellement. Certaines plateformes grand public ne permettent plus l’installation de Flash, parfois depuis des années (Apple iPhone, Microsoft Edge…). L’absence de Flash sur un ordinateur personnel est de moins en moins un problème pour un usage même intensif du web, et force est de constater que l’on peut désormais surfer des mois sans Flash sans même s’en rendre compte. Les plateformes publicitaires (Google en tête) vont commencer à refuser les publicités Flash. Les clones de Flashplayer et les convertisseurs de Flash vers HTML5 sont abandonnés.

Source : Flash d’Adobe à l’agonie – LinuxFr.org

Si vous êtes le produit, ce n’est pas gratuit | La Quadrature du Net

La Quadrature du Net publie ici une tribune de Laurent Chemla, membre du Conseil d’orientation stratégique de La Quadrature du Net.Le sempiternel « si c’est gratuit vous êtes le produit » est devenu si commun désormais que c’en est devenu un mantra. Une idée toute faite. Ce qui devrait toujours inciter à la méfiance.À raison dans ce cas, parce que c’est tout simplement faux.Même si la phrase est jolie et pratique pour convaincre sans débattre, comme tout slogan sorti de l’esprit d’un bon communicant, elle est fausse.Si c’est gratuit, c’est sans contrepartie.C’est la définition de la gratuité.Vous n’êtes pas le « produit » de l’amour de vos proches, de la gentillesse d’un inconnu ou, pour rester sur le terrain du numérique, vous n’êtes le « produit » ni de Wikipédia, ni du logiciel libre, ni des (à la louche) centaines de milliers de blogs publiés sur des sites sans publicité.Si vous êtes le produit, alors ce n’est pas gratuit.

Source : Si vous êtes le produit, ce n’est pas gratuit | La Quadrature du Net

À la recherche du téléphone libre… et sans Google ! – Framablog

Vous connaissez l’adage ? « Si le téléphone est intelligent, c’est que l’utilisateur est stupide. » Malheureusement, il se vérifie dans la manière dont les entreprises qui conçoivent ces ordinateurs de poche (avec option téléphone) nous traitent…

Entre la prison dorée qu’est l’Iphone d’Apple (qu’il nous faut « jailbreaker » pour un tout petit peu plus de contrôle, ce qui signifie en Français qu’on en « brise les barreaux »), l’espionnage total de Google sur les Android, les autorisations hallucinantes que nous demandent les applications propriétaires, l’esclavagisme qui se cache derrière les matériaux et la construction, l’obsolescence programmée… difficile de trouver un ordiphone qui convient à nos choix éthiques.

Source : À la recherche du téléphone libre… et sans Google ! – Framablog