« La » communauté du Logiciel Libre, ça n’existe pas

J’avais depuis quelques temps envie d’écrire un billet de blog au sujet de la soi-disant communauté du Logiciel Libre et le dernier article de Frédéric Bezies , où il regrette le manque de coordination et d’unité de cette communauté, m’a donné la motivation pour finalement expliquer pourquoi tant de gens se désillusionnent quant à « cette » communauté.

« La » communauté du Logiciel Libre, ça n’existe pas

Il est en effet vain dans la plupart des cas de parler de « la » communauté du Logiciel Libre. On peut – et je le fais souvent moi-même – parler de la communauté du Logiciel Libre pour regrouper dans un même sac tous les acteurs touchant de près ou de loin au Logiciel Libre, mais c’est une dénomination vague, peu précise et que l’on ne doit pas employer à tort et à travers.

Et pour cause, car aussi bien d’un point de vue technique que d’un point de vue idéologique, nous, les acteurs de cette soi-disant communauté, sommes profondément et sûrement irrémédiablement divisés.

Les communautés techniques

Rappelons-le car beaucoup de personnes même proches du Logiciel Libre ont tendance à l’oublier. 99% du temps, un projet du Logiciel Libre, c’est au départ un individu isolé non rémunéré qui se motive et prend son courage à deux mains pour écrire du code et porter seul – au moins au début – un projet pour répondre à un besoin existant qui le dérange lui.

Ce faisant, il s’insère dans une communauté technique, celle des outils qu’il utilise pour régler son problème, puis le jour où son projet est prêt, s’il fait le choix de le rendre public, dans une communauté idéologique répondant aux critères que l’on verra au chapitre suivant.

python-logo-master-v3-TM

La communauté Python, avec sa propre licence : la PSF, sa propre vision, ses propres objectifs

Au premier niveau, le développeur du Logiciel Libre, c’est donc un utilisateur des outils qui sont mis à disposition par une communauté technique. Il adhère souvent aux idées derrière les outils qu’ils utilisent au quotidien parce qu’il y voit un avantage direct et ressent la cohérence des choix techniques et idéologiques faits par la communauté l’ayant précédé.

Maintenant si on parle de « la » communauté du Logiciel Libre, ça sous-entend que le premier niveau dont je parlais à l’instant se fond  dans un deuxième niveau, un niveau plus vaste, plus abstrait, plus global. Donc plus éloigné du développeur au quotidien, touchant des problématiques qu’il ne ressent peut-être pas tous les jours.

Alors qu’au quotidien pour lui, « sa » communauté, c’est par exemple le langage Python et ses membres, pas Perl. Ou la distribution Debian et les buts du projet Debian, pas les systèmes BSD. On se construit donc aussi en opposition à d’autre communautés techniques et idéologiques.

freebsd

FreeBSD, système d’exploitation et suite d’outils qui privilégient la licence BSD

Les développeurs contribuent donc – le plus souvent dans le cadre de leur temps libre, le plus souvent de façon non-rémunérée, et dans ce domaine seule la motivation permet d’avancer – aux sujets qui nous intéressent et nous motivent au sein d’une communauté technique et idéologique et pas sur les sujets dont « la communauté du Logiciel Libre » aurait besoin.

La diversité des acteurs et de leurs idées, de leurs approches techniques et des solutions qu’ils trouvent au quotidien  sont les éléments qui rendent aussi attractif pour beaucoup d’entre nous ce milieu technique et idéologique.

GPL contre BSD/MIT

J’ai évoqué et développé ce point dans l’un de mes précédents articles le danger Github : d’un point de vue idéologique, principalement deux idées du Logiciel Libre coexistent.

La vision incarnée par la licence GPL peut être résumée à une notion fondamentale intégrée par ses défenseurs et ses détracteurs : contaminante.  La GPL va nourrir d’elle-même la communauté en réinjectant automatiquement dans le parc logiciel sous GPL tous les dérivés des logiciels eux-mêmes sous GPL. La communauté sert la communauté. Les utilisateurs de la GPL trouvent cohérents de n’utiliser que du Logiciel Libre pour ne pas nourrir l’ennemi , c’est-à-dire le logiciel privateur.

Les licences BSD/MIT sont pour leur part plus permissives, permissives à l’extrême. Rappelons qu’un logiciel dérivé d’un logiciel sous licence  BSD/MIT peut être déposé sous une licence propriétaire. Les licences BSD/MIT sont donc non-contaminantes. On a donc la liberté de rendre un logiciel – libre à la base – privateur. Ce qui se fait beaucoup et l’on retrouve les systèmes d’exploitation BSD dans nombre de système d’exploitation propriétaires. voir à ce sujet la liste à couper le souffle des produits commerciaux reposant sur FreeBSD.

Les défenseurs des licences BSD/MIT parlent de liberté réelle face à la GPL, ses détracteurs de la liberté de se tirer une balle dans le pied. Étant donné que les défenseurs de ces licences permissives type BSD/MIT trouvent normal la coexistence du Logiciel Libre et du logiciel privateur, ils utilisent eux-mêmes les deux sans problème, ce qui est cohérent idéologiquement.

bsdvsgpl

Donc au final deux visions très différentes du Logiciel Libre – la GPL plus conquérante, les BSD/MIT plus flexibles – coexistent.

Des communautés constituent le Logiciel Libre

On l’a vu, il serait donc plus précis de parler des communautés qui constituent le Logiciel Libre. Elles sont à la fois techniques et idéologiques et apportent des outils concrets à leurs membres. Elles se définissent par rapport à ce qu’elles construisent, à leurs contributions, mais aussi par opposition aux autres communautés techniques et idéologiques. Il est donc impossible de parler d’une communauté du Logiciel Libre, à moins de la réduire au peu d’idées transverses aux différentes communautés techniques et idéologique la constituant.

J’ai pu remarquer que de nombreux intervenants parlent souvent de la communauté du Logiciel Libre pour parler en fait d’un sous-ensemble de celle-ci, en fait de leur communauté.Par exemple un défenseur de la GPL va parler de la communauté du Logiciel Libre en omettant l’idée de liberté complète derrière les licences BSD/MIT. Ou un idéologue auto-proclamé du Logiciel Libre va déclarer de grandes directions que « le Logiciel Libre » devrait prendre dans une approche top-down alors que, comme nous l’avons vu, tous les contributeurs techniques du Logiciel libre intègrent avant tout une communauté technique et idéologique précise, un sous-ensemble de « la » communauté du Logiciel libre.

troll

Les trolls, une activité prisée des Libristes

Au final il est peut-être rageant de voir au quotidien des projets s’affronter, se troller, de voir des projets réinventer ce qui existent déjà au lieu de l’améliorer. Il semble même incompréhensible de voir des projets entièrement recodés pour des questions de licences ou parfois juste d’ego entre membres de ce qu’on croit être une même communauté. Mais cela tient à une incompréhension de l’organisation et des interactions des projets du Logiciel Libre entre eux.

L’explication tient au fait que le Logiciel Libre est constitué de nombreuses communautés, qui partagent quelques grandes idées communes certes, mais qui portent chacune des solutions techniques, une vision et une identité propres. Elles arrivent à se rejoindre très ponctuellement autour d’un effort commun sur un point extrêmement consensuel, mais il sera tout simplement impossible de les faire toutes et en permanence converger vers des grands objectifs qui bénéficieraient (ou pas) à  une vague communauté globale dans laquelle se reconnaîtraient tous les acteurs du Logiciel Libre.

La diversité des communautés qui le compose fait la force du Logiciel Libre, nous partageons quelques grandes idées et nous inventons au quotidien nos propres solutions. Et c’est de cette façon que nous avons avancé jusqu’à aujourd’hui.


SOURCE @ https://carlchenet.com/la-communaute-du-logiciel-libre-ca-nexiste-pas/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close