#2.28 La sélection de janvier 2018 @lmpc

Nouvelle année = nouvelle formule !

Celle-ci évoluera probablement au fin du temps, mélanges de liens issus de mes Autonews & de mon inséparable Shaarli (avec d’éventuels extraits et/ou commentaires…)

Chaque mois, je vais donc vous livrer ma petite sélection de liens parmis tous ceux que j’ai rediffusé.

+ BONUS @

Fin de la neutralité du Web, fin d’Internet ?

Une décision récente de la Federal Communication Commission (FCC), organisme américain chargé de la régulation du secteur des télécoms américain, équivalent de l’ARCEP français, ou du BEREC Européen) change le statut des fournisseurs d’accès internet américains.

Cependant, ce changement ne peut arriver en Europe, de par l’adoption en 2015 du règlement sur l’Internet ouvert. Il serait cependant intéressant de réfléchir maintenant à la neutralité des services.

La neutralité du net dans la Constitution ? Le président de l’Assemblée est pour – Politique – Numerama
Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a apporté son soutien à l’idée d’inscrire la neutralité du net dans la Constitution. Auparavant, des parlementaires ont proposé de modifier la norme juridique suprême dans le cadre d’une réflexion sur la « démocratie numérique ».
Liberté, égalité, neutralité : pour que perdure la devise du Net
Il y a 10 ans, à l’occasion du Grenelle de l’Environnement, le gouvernement français annonçait la mise en place de l’écotaxe, afin que les poids lourds, considérés comme les responsables de la détérioration rapide des routes nationales et départementales, contribuent à leur entretien. C’est exactement pour les mêmes raisons, qu’aujourd’hui, les principaux fournisseurs d’accès à Internet réclament la fin de la neutralité du Net, pour que les principaux pollueurs paient. Et l’acte I de cette partie s’est joué aux Etats-Unis, il y a un mois, lorsque la commission fédérale des communications (FCC) a déclaré la fin de la neutralité du net.
De la souveraineté… fonctionnelle | InternetActu.net
Les économistes, rappelle-t-il, ont tendance à caractériser la portée de la réglementation comme une simple question d’expansion ou de contraction du pouvoir de l’État. Mais, en économie politique, lorsque l’autorité de l’État se contracte, les intérêts privés comblent le vide, notamment parce que nous avons horreur d’une absence de pouvoir. Ce pouvoir des entreprises, nous le voyons à l’oeuvre dans les relations employeurs/employés ou dans les relations qu’instaurent des entreprises avec leurs fournisseurs voire avec leurs clients. Le problème est que bien des entreprises exercent de plus en plus souvent leur pouvoir, non pas en tant que partie d’un conflit, mais en tant qu’autorité. Pour le professeur de droit, les plateformes ne sont plus de simples participants du marché. Elles les détiennent, c’est-à-dire qu’elles sont capables d’exercer un contrôle réglementaire sur les conditions qui s’imposent à ceux qui veulent vendre des biens ou des services par leur entremise. Peu à peu, elles s’octroient un rôle « gouvernemental », « remplaçant la logique de la souveraineté territoriale par une souveraineté fonctionnelle ». « Dans les domaines fonctionnels, de la location d’appartement au transport en passant par le commerce, les personnes seront de plus en plus soumises au contrôle d’entreprises plutôt qu’à celui de la démocratie ».
Neutralité du net : les élus européens font pression sur leurs collègues américains – Politique – Numerama
Le Parlement européen peut-il contribuer à sauver la neutralité du net aux USA ? 149 élus ont écrit à leurs collègues américains pour les inciter à agir sur le plan de la loi. Leur souhait ? Qu’ils contrent la décision du régulateur des télécoms.

+ de news @ lmpc’Autonews

& + de news @ sam7’Autonews & Sam7’Shaarli

Bonnes découvertes & bonnes lectures.